Daniele Ganser: le 11 septembre 2001 et la géostratégie de la terreur [Vidéo]

Daniele Ganser, né le à Lugano, est un historien suisse, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Bâle et président de l’ASPO-Suisse (Association for the Study of Peak Oil and Gas).

11-septembre-2001-daniele_ganser

Il a publié un livre – traduit en neuf langues – consacré à ce qu’il appelle « Les armées secrètes de l’OTAN », c’est-à-dire le réseau stay-behind (voir aussi Gladio). Son étude, qui s’appuie notamment sur les rapports parlementaires belge et italien consacrés au réseau Gladio, détaille comment les États-Unis, avec le soutien du Royaume-Uni, ont organisé après-guerredans divers pays de l’Europe de l’Ouest, et jusque dans les années 1980, des cellules clandestines destinées à organiser la résistance en cas d’invasion soviétique. Ganser se demande si ce réseau ne serait pas à l’origine de certains attentats attribués à des mouvements d’extrême gauche, dans une tentative politique de discréditer aux yeux des électeurs et des populations les partis de gauche. Selon lui, cette stratégie de la tension trouverait un prolongement aujourd’hui dans leterrorisme islamiste, présenté comme une menace à même de justifier des guerres pour le pétrole3. Daniele Ganser a participé à un ouvrage collectif mettant en doute les conclusions de l’enquête sur les attentats du 11 septembre 20014. Il considère que « l’histoire officielle sur le 11 septembre, les conclusions de la commission, ne sont pas crédibles »3.

Conférence de l’historien Daniele GANSER – Paris 2016

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInDigg thisFlattr the authorPin on PinterestPrint this pageShare on StumbleUponShare on VKShare on YummlyShare on RedditShare on TumblrBuffer this pageEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *